Mont Sisyphys : les ruines du labo, visite du lapireuil

7 mars 2017

On va supposer que le nom du volcan fait référence au mythe de Sisyphe − une tâche à répéter sans fin − vu que gravir le volcan doit être maintes fois recommencé avant de trouver l’unique passage, et on s’arrêtera à cette explication.

C’est du brutal, comme analogie. Parce que si Sisyphe rame encore, le lapireuil, lui, y est arrivé. Mais il ne se prend pas pour autant pour le père de Ulysse. Il explore vite fait, mais il ne montre pas tout, il évite de gâcher le plaisir de ceux qui le suivront. Il ne tombe pas dans le cratère, non plus.

Le lapireuil a vaincu le Mont Sisyphys !

4 mars 2017

Le monde de la pataphysique en a l’oulipo tout chaviré : pour la première fois dans l’histoire du multivers pâle, un lapireuil a escaladé un volcan.

Il faut dire qu’un lapireuil est fait pour les arbres et pour les terriers, sa constitution ne lui permet pas d’accrocher ses petites griffes dans les cailloux ni dans la roche. Son cousin, le lapireuil à ventouses (lapireuillis flopflopum) peut quant à lui escalader des gratte-ciels de verre mais il était en vacances et la Roadeuse a envoyé son propre lapireuil domestique dans cette dangereuse aventure de montagne.

Lire la suite de cet article »