Rencontres webmasters : une ardeur d’avance !

Avec la remise en question des techniques du référencement les plus banales et les plus innocentes par notre Grand Ami le moteur américain, les webmasters paraissent vouloir se serrer les coudes.

Ou, au moins, ils veulent se rencontrer.
Dans la détresse, on cherche la bonne chaleur de la grégarité :)

Ce n’est pas nouveau. Des rencontres de web-builders, il y en a toujours eu.

Mais il s’agissait le plus souvent de se communiquer de vive voix les tendances des trucs et astuces et de définir au jugé des limites, parfois de poser les bases d’une corporation.
Ou alors c’était juste pour pouvoir parler boutique avec des gens qui comprenaient le même langage.
L’ eCPM, il est difficile d’en discuter avec le boucher ou au bistro du coin.

Encore que … il m’est arrivé de croiser au rade du port un vieux au poil gris qui arborait sur son t-shirt
J’ai été webmaster du temps de Altavista.
Sous l’inscription, en plus petit, il y avait
Et je t’emm*rde, gamin !.

Enfin-bon, le temps de la navigation solitaire est terminé, les webmasters se rencontrent.
Pas d’écrits, pas de traces, on échange dans la discrétion autour d’une choucroute et on ne veut pas de photos.

Ce qui a changé dans les intentions de rencontre, c’est que les invitations concernent à présent les webmasters de n’importe quel niveau.
Un peu comme si tout était à reconstruire depuis les fondations et que les prérequis s’étaient réduits au minimum.

Et c’est vrai qu’il y a beaucoup de fondamentaux à reconsidérer, à commencer par les techniques de création de notoriété artificielle par les liens et la remise en question des annuaires.
Dans l’une ou l’autre de ces réunions, il se trouvera sans doute quelqu’un pour expliquer que le référencement ne peut plus passer par le netlinking, que c’est déjà has been pour les anglo-saxons et qu’il faut désormais faire autrement.
Quelqu’un d’autre dira que les grosses usines à référencer sont là et qu’elles y sont pour longtemps.
Dans la foulée, on annoncera la mort de la SEO de papa et c’est vrai qu’ils se font vieux les référenceurs-vedettes.

On attend le SEO-Camp du huit décembre à Paris avec un grand intérêt.
Il y aura du beau monde et de parfaits inconnus, un jeu consistera à démasquer l’espion de Google, un autre à placer judicieusement assez de micros pour capter les parlotes autour de nouvelles synergies discrètes.
Ce sera bien, sans aucun doute chaleureux et convivial.
Ce sera un événement, voilà.
Et quelque part ça m’ennuie parceque c’est par trop standard, déjà vu, en un mot : vieillot et que j’espérais voir émerger d’autres ambitions pour le Web, question modèle de société. On verra bien, il ne peut en sortir que d’agréables surprises :)

C’est un peu partout, et pas seulement à Paris ou dans les grandes villes, que les webmasters commencent à se rencontrer.
Des réunions presque impromptues qui tiennent plus du barbecue improvisé que du Salon International du Webmaster sponsorisé par les TIC.
Et pas seulement dans les villes de grande ou de moyenne importance, ces réunions.

Ainsi, mon attention a été attirée par un micro-rassemblement décidé à l’improviste aux confins de la Gaume et des Ardennes belges, une région un peu semblable aux Rocheuses question isolement et où on pourrait rejouer Délivrance sans devoir importer trop de figurants.
Attention : on part à la campagne, là :)
En clair : c’est un bled perdu vraiment très loin de tout, isolé en hiver et ravitaillé par les corbeaux.
[ Mes amis gaumais ne m’en voudront pas de décrire ainsi leur région, ils en riront parcequ’ils savent qu’elle est chère à mon coeur pour les cigales de Torgny, la bière d’Orval, les truites de Chameleux et les oeuvres de Jean-Claude Servais.
Les Ardennais ne moufteront pas : comme Godefroid, ils sont taiseux et sans rancune, et puis j’ai mis la devise de leur province dans le titre de ce billet, ça mérite de l’indulgence :) ]

Pour vous faire une idée, c’est .

Pas d’industrie, pas d’autoroute, pas d’aéroport, à peine une vague Micheline à prendre à deux kilomètres de la ville, presque à attraper au vol :)

Vite fait-bien fait, un professionnel a décidé de poser les bases premières : la rencontre informelle entre webmasters.
Flop assuré ? Bin non.
Pour rencontrer le même succès par rapport à la taille de la population, un rassemblement parisien devrait réunir 1000 locaux.
Cent à Bruxelles.
Et chez moi, il y a si peu de monde que je le fais toute seule le rassemblement :)

Ybet, l’initiateur de cette première réunion du bout du monde, a synthétisé le debriefing sur un site au nom improbable et un peu bancal (le dahut bancal, c’est de l’humour).

Je veux dire que les choses ne se passent pas forcément où l’on croit qu’elles se passent du fait d’une plus facile médiatisation.

Et c’est ça, la puissance du Web : on peut décentraliser à loisir en même temps que le savoir peut aller partout et que la connaissance peut émerger des endroits les plus reculés.
Le provincialisme a vécu. Le provincial n’est plus en retard.
Le provincial dispose des mêmes informations que le citadin.
Et peut-être qu’il a un atout que le citadin n’a pas (qui regarde son nombril et tourne autour) : il regarde au-delà de la capitale, directement vers le monde.
Mes potes de Montréal ne me dédiront pas sur ce coup-là, pas plus que ceux de Toulouse, de Bruxelles ou de Gamla Stan.

Des rassemblements de webmasters, je suis certaine qu’il y en aura de plus en plus, et partout.
Peut-être bien qu’un jour des associations naîtront, qui se fédéreront et finiront par construire une profession.
Ce n’est pas indispensable mais si ça devait se faire, il me paraît nécessaire que cette organisation se construise par la base, au départ de volontés locales et non pas de la capitale vers les campagnes.

Bref : du sang neuf et de nouvelles idées, voilà ce que peut apporter la mobilisation des webmasters de tous niveaux.
Les référenceurs, c’est devenu trop étriqué comme milieu.
Ils n’en savent plus assez, leurs regards sont bloqués dans des ornières.
Marre du sang recyclé (je suis vampire) et des idées resucées (même combat).

5 comments on Rencontres webmasters : une ardeur d’avance !

  1. Sisi, on a des autoroutes, sinon comment ils feraient les flamands pour nous amener leurs pt’its sous chaque week end ? La semaine, elle fait aussi un cinquième du traffic poids lourds de la Belgique notre autoroute, mais elle est cachée.
    Ici, c’est joli et on aimerait bien que cela le reste.
    Tu prends une photo satellite de l’Europe, en plein milieu, tout pile entre les plus grandes capitales, il y a un grand jardin : c’est chez nous, mais on dirait bien que tu le sais déjà.

  2. Vi Blogger, je le sais bien que c’est discrètement autorouté et sans parler de cette autre autobahn qui fait quasiment 100% du trafic estival des bataves en route vers le sud. Jolie région qui a du caractère et des caractères, c’est clair :)

  3. Mais on travaille pour en faire un, juste que nous à la campagne, on fait pas ça tapageur (le bruit c’est pour la ville). On prépare à notre rythme au gré des saisons (l’hiver, c’est regarder le feu de bois lécher les écorces dans le feu ouvert), une sorte d’hibernage … pour se réveiller avec les premières perce-neiges (ca va être bientôt).

    Mais ça c’est pour notre petite vie tranquille.

    Mais avant d’organiser une petite rencontre internationale (belgo-française-luxembourg, on va limiter) …. on est assez loin de la mer (pour les bateaux c’est rapé, sauf la barque et les rames mais il n’y aura pas trop d’amateurs), les routes sont belges dont pas trop entretenues (on attend la bonne période pour éviter les moyens genre traînaux à chiens, halftracks à chenille, … pour permetre à chacun de prendre simplement sa voiture) et les avions nous ennuient (le premier aéroport est Luxembourg, 60 Kilomètre même si quelques discussions voulaient nous en mettre un plus pres …. mais ça empêche les champignons de pousser en été / automne le bruit). Reste le TGV qui va bientôt – presque – nous rattacher à Paris.

    Ce petit commentaire pour reprendre l’esprit de Szarah … (avec mes remerciements et une grosse bise).

    Une prochaine réunion entre webmasters de notre région se prépare en mars – avril. C’est là que un plus gros se préparera si tout le monde est partant (on est à la campagne, on préfère d’abord se retrouver entre nous pour préparer – ici on est en Gaume – Ardenne dans le Luxembourg belge et quand on accueille, c’est pour accueillir).

    Là on invitera aussi les autres, histoire qu’ils restent pas de la ville … Pourtant, ca sera de nouveau plutôt ambiance décontractée (chez nous les cravates sont uniquemet utilisées dans les mariages et les enterrements), style barbecue en famille. Pendant que Papa (maman si elle est webmaster) échange ses idées, la famille s’amuse.

    PS: de la campagne par notre manière de vivre, d’accord, on a choisi cette vie. Mais pas forcément culto…. Ben on a aussi une connexion Internet, des sites, des visiteurs, des passions, des connaissances et des non-connaissances. Bref on échange.

  4. Tiens la prochaine pour les locaux de la Province, en attandant de préparer une plus « large », c’est le vendreid 18 avril en soirée. On espère qu’il neigera pas, même si on est équipé pour nettoyer les routes dans la région, tardivement parfois mais équipé.
    Et un grand merci à szarah pour ce post.

Laisser un commentaire