Martin Singer, la dure poésie du réel en BD

Alors ce sera un billet très court, je vous demanderai deux clics, pas de quoi se fouler l’index (je vous connais).

Le premier clic vous emmènera lire une BD complète que Martin Singer a publiée en ligne sous licence Creative Commons entre le 27 juin et le 2 décembre 2010.

C’est de la poésie dans la rue, et même à hauteur du caniveau, mais ça vole très haut comme tout bon paradoxe, c’est épuré donc ultra sophistiqué, c’est de la BD donc c’est complètement inutile et donc indispensable. Je dis ça sans idée de promo, cette BD se défend toute seule mais bon, je sais qu’il reste des intellos parmi vous.

Fox, sans domicile fixe.

Quand vous serez remis de cette lecture et que vous serez revenus ici, je vous dirai que je ne connais pas Martin Singer mais que ce que je sais, c’est que c’est un créatif pur jus et que le bon moyen pour convaincre un créatif de persévérer, c’est d’acheter une de ses productions commerciales.

Enfin … « productions commerciales » est une emphase vu que Martin Singer a publié seulement deux volumes. Mais pas n’importe où : chez un éditeur fondu d’expressions graphiques atypiques, Warum. Et la réponse est dans la collection.

Enfin bon …

C’est comme ça : le seul encouragement qui vaille, c’est l’achat. Les bonnes critiques et les félicitations, c’est sympa mais ce n’est pas suffisant (même si ça fait plaisir). Le seul geste de reconnaissance utile consiste à choisir d’acheter tel produit culturel plutôt qu’un pack de produits de douche ou un kit de burgers.

Sans compter qu’un bouquin, ça se prête, ça s’offre. Et ça s’utilise plusieurs fois, ça s’use peu. Tu peux toujours essayer avec des frites, tiens.

Gondoléances par Martin Singer chez Warum.
Je vous l’emballe ou bien c’est pour lire tout de suite ?
[ 96 pages en noir et blanc, 12 Euros, ISBN : 978-2-915920-42-0 ]

Second et dernier clic ici : le produit à acheter pour se régaler sans grossir : Gondoléances par Martin Singer chez Warum qui fait de la « bande dessinée de standing depuis 2004 ».

3 comments on Martin Singer, la dure poésie du réel en BD

  1. Fox m’a plu aussi, c’est un travail abouti et je vais m’intéresser de près à Gondoléances. Les valeurs sûres sont rares dans ce monde de pattes molles et SZ a peut-être eu le nez fin … mais où les déniche-t-elle ?

Laisser un commentaire