Dirty guys

[ Ceux qui sont assistés dans des ni-niches fiscales peuvent dribbler cette page, elle n’est pas pour eux. Les néo-libéraux et les autres psychopathes peuvent se casser aussi. ]

Tandis que la droite et sa droite se disputent l’entendeuse de voix pour la courber en ramasseuse à leur profit, tandis que ces sinistres maudits persévèrent dans l’oeuvre au brun, la gauche de la droite tente de faire croire qu’en changeant de véhicule sur l’autoroute TINA on ira autre part, on échappera au péage.

Jeanne enchaînée. Pourquoi perdre son temps à choisir entre bonnet blanc et blanc bonnet, à évaluer l’un et l’autre, à taster leurs phéromones médiatiques alors qu’ils sont deux clichés de la même désespérante continuité du néo-libéralisme ?

Pourquoi ne pas aller au fond des choses, une bonne fois pour toutes, et regarder l’ennemi dans les yeux ?
Ah je sais bien, distiller l’info permet de faire de la copie, de participer au show, de tenir le lecteur en haleine de rebond en rebond, de lui souffler par bribes les pièces du grand puzzle.
Mais bon, il arrive un moment où on peut faire la synthèse et passer à autre chose.

La solution est de décoller, de s’envoler … et de regarder les choses de haut.

Les polémiques à base de Jeanne et de TVA, c’est pour divertir les nezdbeux.
« Divertir » dans le sens de « diversion » mais vous aviez compris.

Quand vous aurez lu l’article référencé au bas de ce billet, article qui date de 2003, vous comprendrez que les libéralités accordées aux nantis par le gouvernement participent sciemment à vider les caisses de l’Etat et à créer une crise financière pour installer l’austérité du bon sens et finir par détruire la protection sociale, destruction qui est le but ultime. Vous saurez qui blâmer et pourquoi. Vous décoderez plus facilement certaines orientations, certains discours deviendront transparents.

Bin oui, vous en sortirez plus malins :)

Vous comprendrez aussi qu’il y a bel et bien une entente de longue date entre différents milieux pour liquider les acquis sociaux des travailleurs au profit des financiers et des nantis. Un complot ? Môdieu non, seulement des attitudes de castes parasites.

In fine, vous aurez comme un goût de cendre dans la bouche, le goût des illusions perdues.

Après … Après, tout dépendra de vous.
Soit vous vous complairez dans l’attente du météore en priant pour qu’il tombe sur le voisin, mais les météores sont nombreux et il y en a un qui porte votre nom, soit vous vous investirez peu ou prou dans la défense de vos vrais intérêts … qui ne sont pas seulement les vôtres.

Comment ?
Article 15 ! :)


La politique des caisses vides (Sébastien Guex « La politique des caisses vides », Actes de la recherche en sciences sociales 1/2003 (n° 146-147), p. 51-62).