Hiatus

Douze jours sans commettre un billet, ce n’est pas la première fois que ça se produit. Il m’est arrivé de tenir plus longtemps.

Les motifs de ce hiatus entre ma volonté et ma production peuvent être résumés en un mot : [mais lequel ?]

Assurément, c’est une affaire de sons à mettre en harmonie, à faire concourir pour mettre fin à leur concurrence qui finit en mutisme.

La solution, c’est la coalescence et je m’y emploie, même si vu de l’extérieur cela ressemble à un brouillamini qui en l’occurence serait plutôt un brouillamaxi. Albert aussi cherchait à unifier des pommes et des poires, on sort à peine de ce malentendu.

Alors je prends mon temps.

On peut aussi voir cette absence comme une apnée, celle du plongeur qui descend dans l’épave à la recherche des clés d’or et d’argent qui ouvrent le coffre de la sagesse et qui gisent par trente brasses de fond dans le ventre d’un galion recouvert par la vase et les algues …

En même temps, l’image force un peu sur l’emphase vu que la sagesse, il y a un sacré bout de temps que je l’ai revendue, j’ignorais qu’elle me serait utile et puis voilà c’est ainsi que tu te retrouves à nager dans des eaux infestées de requins.

Ne te déssaisis pas de ce que tu ne comprends pas avait pourtant prévenu SIC.

Bref : je tente de fédérer mes activités préférées dans un projet unique qui devrait frapper le mur du nord là où il est le plus fragile, le percer et le faire s’effondrer, me laissant le champ libre pour atteindre enfin mon objectif : la gare de Carpentras, lieu mythique s’il en est.

De là, il me sera facile de.

Pour éviter le péage de transit, il me faudra voyager sous les trois tonnes et demie, ou alors arriver avant la fin de cette année. Exit donc les bagages superflus, place au numérique et accélérons le mouvement jusqu’à devenir invisible ! Tally-Ho !
L’histoire n’est pas finie. Elle vient tout juste de commencer.


CDA : Pas d’image ?

Réfléchis ! Quand tu accélères, tu perds l’image.

3 comments on Hiatus

Laisser un commentaire