Air du temps

D’une manière générale, quand je ne dis rien c’est que je n’ai rien à dire.

Et c’est encore plus vrai en ce moment où l’information est accessible par tous. Restent les idées, bien sûr, mais tout le monde en a, des idées.

Des analyses ? Moui, mais mon sujet de prédilection, le Web, se meurt en trois couches : recherche (Google), commerce (Amazon) et parlote (Facebook), c’est le “Triweb” qui s’est structuré pour un bout de temps à l’échelle de la capacité d’attention du nezdbeux. Bien sûr, tout cela est comme le reste : provisoire dans le momentané, et l’audience de Facebook par exemple, a commencé à décliner fortement, comme si “les gens” récupéraient leur vie - c’est bien.

Je gloserais bien sur la chute des compétences et sur la dégringolade du niveau intellectuel ambiant … Mais bon, il n’y a pas de solution, alors à quoi bon faire le constat ? Nos philosophes, devenus demeurés (donc ayant rétropédalé), font très bien ce boulot.

Voilà. Sinon, ce monde est magique, on y obtient facilement ce qu’on veut et la vraie difficulté c’est d’avoir un désir.

Alors tout ça pour vous dire que j’ai retrouvé DOOM :)

Une promo sympa sur le Triweb pour les originaux du millénaire dernier, avec les niveaux spéciaux et même la plus récente version 3 que je trouve bien trop léchée mais bon, ça se joue. J’ai balayé l’affaire en l’espace d’une journée pleine de “aaaarg !”, de pixels gorizés et de bons sentiments. Ensuite, hypotenseur en perfusion.

Séquence parfaite dans DOOM

Du bon gros pixel comme j’aime :)

On va vers Noël et ses plaisirs divers. Indigestion de bûche chantilly-foie gras. J’ai découvert une crème glacée pomme-boudin. Sans rire.
Pomme-boudin …
Depuis le temps que j’en rêvais !

Ce monde est magnifique !
D’ailleurs, les trucs positifs nous viennent de toutes parts.

Par exemple, explorez ceci, ça vaut le détour : intelligence, technique et créativité.

La promenade sur un ressort de matelas.

22 comments on Air du temps

  1. Alors, la promenade sur un ressort, hein, bon, j’hésite à dire que c’est du copié/collé de la scène d’entrée de Outside que je confitâsse, une fois.
    je n’en avais dit mot, mais le bazar m’a déjà sauté aux yeux dans une feuille de choux locale: « on n’en veut pas » qu’ils disaient tous, « de ce truc défigurateur de Teutons ».
    Fallait-il y voir une réminiscence Idéfixesque, un amour de la fibre végétale?

    Je ne le crois pas.

    Et sinon, ce billet concis met quelques mots sur ce qu’on ressent tous en ce moment. Il faut cependant rester conscient que l’on vieillit, que l’on accumule une expérience, fut-elle inconsciemment enregistrée.

    Du coup, on s’étonne moins, n’est-ce pas?
    Il ne reste que la musique, la vraie, celle qu’on joue là, tout de suite, qu’on tape, qu’on gratte, qu’on souffle, qu’on chante, la seule qui permette d’être heureux finalement.

    J’ai des ‘lyrics’ débiles, yapluka trouver l’envie de brancher tout ce fatras de fils :)

  2. Ah mais tout-à-fait !
    L’affaire du ressort n’en manque pas (de ressort) et la synchronicité n’est, je pense, ni plagiat ni même inspiration.
    Le fait est que l’air du temps (titre) véhicule des vibrations que certains peuvent capter au même moment, disons ça comme ça.
    Les idées pourraient même être des entités autonomes qui ne prendraient concrétude qu’après nous avoir stimulés. Ne dit-on pas « Une idée m’est passée par la tête … »
    Attention, c’est du lourd :)

  3. Bon, j’ai envie d’être *ouuuuh* méchant :)

    Ton sujet, c’est pas le web, qui n’est qu’un tas de fils, de silice et de carbone, entre autres.
    Ton sujet, c’est les gens qui font vivre ce web.
    Bien sûr, un moment arrivera où ce web vivra tout seul, tranquilou, ce sera dans pas très longtemps quand les humains auront été remplacés par les mille-pattes.

    Tiens, quelqu’un avait remarqué que l’utilisation d’un clavier (l’interface primale) éliminait de facto le fameux pouce opposable?
    La programmation est semblerait-il une affaire d’art contemporain, et comme lui, elle a besoin de ceux qui ont encore des pouces opposables pour assembler le bazar qui permet l’existence de ceux qui en sont dépourvus.

    Une sorte de symbiose, quoi. Mais les idées peuvent-elles être séparées des corps?
    Question bête :)

  4. Le pouce reste indispensable pour la barre d’espace.
    Ou alors, il faut le faire avec le nez :)

    Là, je m’essaie à l’écriture non linéaire, ça devrait passer en html5 mais j’en suis au début des balbutiements en la matière.

  5. C’est vrai que c’est sympa ce format BD. Il manque l’odeur des encres et du papier mâtissées (hihi) des odeurs contextuelles telles que celles du cigare, du Scotch ou encore de certaines taches manquées.

    Sur un clavier le pouce n’utilise pas sa fonction articulaire opposable. Sur un smartphone, oui, mais très rarement autrement pour pour la préhension du susdit objet.

    (sisi, ça vient, mais les premiers recordings en acoustique, bon… faut peaufiner 😉 )

  6. Wow! J’ai donc un bon navigateur (j’y suis pour rien, promis) :)

    [juste les arbres qui sont un peu trop tous noirs, le reste est nickel, les ombres, les animes végétales et la flotte]

    C’est un boulet au pied de la Blaxxie, ou c’est une reprise du fameux « piétinement du globe » qu’on peut voir à droite quand on entre dans la basilica san pietro?

    😀

  7. Je note l’esprit taquin du bilboard indiquant une direction.

    Barthes écrivait aussi que « la langue, comme performance de tout langage, n’est ni réactionnaire, ni progressiste ; elle est tout simplement fasciste ; car le fascisme, ce n’est pas d’empêcher de dire, c’est d’obliger à dire ».

    On est encore très loin du code qui permettrait, tel la musicalité -certes limitées par les organes vocalisants- de la voix, de créer à la volée un sens mystérieux.
    Quand même :)

    PS: et puis on est contraint, on ne peut pas voler ni regarder où l’on veut. C’est très très limité le html5.

  8. Le nécessaire peut être codé pour recréer un Blaxxun sans serveur qui se contenterait des navigateurs. Toutes les fonctions amusantes que tu évoques peuvent être scriptées. Mais pour qui et pourquoi retourner en 1993 alors que, de un, le moindre jeu multijoueur à dix balles est équipé d’un tchatte et que, de deux, les gens ont mille réseaux pour converser. Perso,, je me contente de démontrer la faisabilité de tableautins visitables … mais je vogue bien plus loin déjà, la nouvelle frontière, c’est la VR. Quand tout le monde aura un casque comme tout le monde a aujourd’hui un navigateur évolué, je verrai si ça m’intéresse encore de montrer :)
    Et pour « créer du mystère », tu as ce qu’il faut : la musique. Inépuisable.

  9. C’est bien vrai, ça :) [ je vous épargne l’accent bourguignon forcé, que je fais, par ailleurs, à merveille]
    Mais, très chère, vous savez comme l’âme (ou ce qu’il en reste/est) est volubile et volatile.
    Diantre, la VR! N’est-ce pas un peu comme mourir à l’avance?
    J’aimerais qu’on me comprenne, le seul espace dont on est (jamais) maître, c’est son soi.
    Alors oui, la musique. Mais alors seulement pour moi, même si je la partagerai, parce que je sais que certains ne l’entendront jamais.
    Tout comme je suis en colère contre la bêtise de ceux qui vendent à millions les remèdes, qu’ils soient destinés à lutter contre le sida ou la dégénerescence héréditaire de la vue, je suis anéanti par la faiblesse qui fait notre ‘condition’.

    Il y a là une sorte d’impasse tout à fait matérialisée par ces casques qui laissent seulement quelques millimètres de liberté.

    Dépourvus, handicapés ou ‘normalement’ constitués, c’est l’espace entre le lange et le linceul qui marque ce qu’on appelle liberté, souvent terrible, jamais pleinement utilisée.

    Et puis zut, tu montreras puisque qu’on peut ‘encore’ communiquer.

    PS: ah, c’est vrai je viens de recevoir il y a quelques minutes un De Armond 210 RHC-B du temps des illusions de l’esprit vaines et si délicieuses. Cela va me permettre de faire une piste en plus de l’acoustique aérienne et de la mélanger avec de l’électrique acoustante, na! :)

    Go punk, bord d’aile 😉

  10. Ha, ha! les implants!
    Doucement je me marre, tous les cœurs artificiels à pile ont foirés depuis leur invention. Tous.
    Alors les implants cérébraux, je me fends d’un ‘lol’ :)

    Ce que je veux dire, c’est que justement, le cerveau peut s’habituer et s’adapter à tous les changements de son enveloppe charnelle molle, à peine endo-ossaturée.
    C’est l’auto-censure du cerveau qu’il faudrait combattre plutôt que d’essayer de réparer ou pire, d’augmenter ses capacités.

    Ils savent suffisamment pour vendre, pas pour guérir :(
    Mais tant qu’on vit et qu’on aime les arbres, on sait de quoi il retourne.
    https://www.lahulotte.fr/expo_photos/gueules_bois/gueules_bois.html
    :)

  11. Excellent.
    je m’en suis rendu compte, comme d’habitude, après avoir eu accès à une partie réticente de mon cerveau :)
    C’est une sorte de point de vue première personne jusqu’à ce qu’on rencontre un obstacle où l’on s’aperçoit que l’on est plutôt troisième personne.

    Le tourniquet autours du clown, en gros , ou Alice, en un seul mot :)

    J’attends avec impatience le ‘casser la vraisemblance’ sur le fond plutôt que sur la forme: j’en sais quelque chose, que ce soit du mp3, du psd, du tiff exif et toutes ces bêtises :)

Laisser un commentaire