Capitaine courageux … mais trop occupé

Après 192 heures passées dans les cieux de Worlds Adrift, je pense être à même de donner une évaluation éclairée (éclairée à la torche, c’est un objet que j’ai appris à “crafter” pour éviter de me casser la gl dans les cavernes).

Le graphisme ? L’éclairage ? Nickel. Un jour, il pleuvra et sans doute qu’il neigera et qu’il grêlera aussi mais à ce stade du développement, il tonne pendant les orages, c’est déjà ça.

Simply the best

Un jour, on pourra importer ses avatars.

Il y a l’infini du ciel à parcourir … Fort bien, c’est déjà du boulot. Mais il manque des mers, des océans, des lacs, des rus, des ruisseaux, des cascades … bref de la flotte à dominer. Tu as les îles qui flottent dans l’aridité la plus complètement sèche, c’est un truc qui incite au pléonasme.

Les challenges sont-ils excitants ? Sans hésitation : OUI ! Il suffit de regarder quelques phases enregistrées pour s’en convaincre.

Puisqu’il s’agit essentiellement de construire des bateaux volants pour franchir les distances entre les îles : est-ce facile ? À vrai dire oui, tu apprends les technologies nécessaires en explorant les bibliothèques des “grands anciens” qui ont vécu là dans le temps, tu trouves les ingrédients et tu te construis un bateau selon tes besoins et tes connaissances. C’est génial et bien évolutif.

C’est un PVP MMO. La convivialité ? Très bonne dès que tu as appris aux nouveaux que tu te défends.
J’ai certainement construit une trentaine de bateaux et dégommé autant de snerts. Dont certains n’ont sans doute pas compris que je respawne illico sur mon bateau :) Enfin bon, c’est gamin tout ça … J’aime bien :)

Tout étant positif et même enthousiasmant, comment se peut-ce qu’il n’y aura pas de 193ème heure pour moi ?

Paske. Le terrain de jeu est divisé en zones. Les zones sont séparées par des “murs” : vent, sable et orages. Pour franchir un mur, tu as besoin d’un bon bateau, un deltaplane ne suffit pas.
Tu peux faire un bon bateau en jouant solo pourvu que les snerts ne te prennent pas trop de temps.

Mais dans les “murs”, le bateau s’use. Ses moteurs calent, ses pièces s’envolent. On peut réparer en vol, mais tu ne peux pas être en même temps au manche à balai et à la réparation de ceci ou de cela (une aile, une cloison, un mât, un moteur … les pièces sont nombreuses).

Si tu perds ton bateau, tu ne perds ni ton perso ni ses connaissances, mais tu dois recommencer un foutu aéronef.

Donc il te faut un équipage.
Ce qui donne un côté socialement intéressant au jeu quand tu as une bande de loustics.
Tu imagines la gestion d’un team ? Soyez là à telle heure, toi et toi et toi vous réparez, toi et toi aux canons.
Après, l’équipage peut se défendre avec plus d’efficacité qu’un solitaire. Et la conquête de territoires est prévue, et la création d’Alliances fonctionne depuis le début.

Mais moi, en asociale patentée, je n’ai pas d’équipage, je n’en veux pas.
Et quand tu n’as pas d’équipage, le franchissement des murs devient une telle gageure que tu finis par te lasser :)

Enfin bref, les soldes d’été se sont annoncées sur Steam et j’ai investi 4.9 iOuros (presque cinq, oui !) dans un jeu déjà bien rôdé : Firewatch. Je vous tiens au courant.

1 comment on Capitaine courageux … mais trop occupé

  1. Réponse du world adrift (monde à la dérive):  » Ah lala, les girl geeks, ça vous laisse tomber (dériver?) facilement, quand même! 😀  »

    Je me permets de réagir à cet aspect intéressant du jeu (qui coûte 20 iouros, merte, quand même!) et fort bien critiqué dans cette partie du billet de SZarah (un ptit coup de brosse estival ^^), reproduite ci-dessous:

    « Si tu perds ton bateau, tu ne perds ni ton perso ni ses connaissances, mais tu dois recommencer un foutu aéronef.

    Donc il te faut un équipage.
    Ce qui donne un côté socialement intéressant au jeu quand tu as une bande de loustics.
    Tu imagines la gestion d’un team ? Soyez là à telle heure, toi et toi et toi vous réparez, toi et toi aux canons.
    Après, l’équipage peut se défendre avec plus d’efficacité qu’un solitaire. Et la conquête de territoires est prévue, et la création d’Alliances fonctionne depuis le début. »

    Voilà, la gestion d’une équipe, qu’elle soit de joueurs ou d’organisateurs, c’est là qu’est la quintessence du jeu permise par le réseau. C’est con, mais « ça connecte » les gens entre eux.
    Et quand ça marche, c’est le bonheur.
    Et quand c’est fini, foutu, il faut savoir s’en défaire, et c’est long, parfois, et c’est dur, et c’est pas plaisant.

    Voilà ce qui fait l’immanence (oué, j’apprends des mots reviendus du lycée :) ) de l’humain. Oh! c’est pas tout joli, faut pas croire.
    Certains aiment le contact à seule fin de tuer, d’autres d’aimer, d’autres de manipuler, etc.
    C’est terrible et si beau :) N’est-ce pas? ^^

    PS: bon, vous aurez compris qu’à chaque fois que je poste une critique acerbe ici, c’est que j’en fais autant chez moi, n’est-ce pas? :)

Laisser un commentaire