Le lendemain du renoncement

J’avais donc renoncé à devenir la Reine des îles flottantes.
Restait la tournée des adieux …
J’embarquai sur le “Courant d’Air XXIV” et je me mis en devoir de faire une dernière fois le tour du monde connu, île par île. Je connaissais la carte par cœur, cette carte minutieusement dressée par des joueurs aériens méticuleux.

Hello îlette !

Des îles non répertoriées.

C’est en songeant ainsi, “carte dressée par les joueurs”, qu’il me vint un “Oui mais euuuuh …”

Et effectivement, si j’avais dressé cette carte personnellement moi-même avec Pléonasme et Redondance, mes pigeons voyageurs, aurais-je tout dit ?
Le cuisinier livre-t-il la véritable recette du plat qui fait son succès ?
Le sorcier écrit-il tous les ingrédients de sa potion dans son grimoire ?
Le député dit-il toute la vérité ?
Bien sûr que non !

Il y avait forcément d’autres îles …

Et bien sûr, c’est sans tarder que je découvris ma première îlette.
Quand tu cherches, tu trouves :)
L’îlot miniscule permettait à peine d’accoster.
Il était riche en minerais précieux et il portait un Cylindre-bibliothèque (la mémoire des Anciens, de quoi évoluer dans l’apprentissage).

Je décidai de rester encore un peu dans Worlds Adrift :)

4 comments on Le lendemain du renoncement

  1. Pour ma part, je vais aller voir si l’îlot de Sein est toujours à sa place :)
    Oui, celui dont un temps le célèbre phare fut mostré dans les tableaux de rêvemonde.
    Et puis, on va voir si la fibre est arrivée (ah ah! doux rêves).
    Peut-être vous ferai-je partager tout cela de mon côté du web si je parviens à y accéder 😉

    En attendant, un truc sympa ( -https://www.youtube.com/watch?v=ibIjlXSagME )
    Ya une partie concernant le jeu.
    Ça résonne fort avec tout ce que les berszerks ont traversé…

    A bientôt :)

  2. Ton voisin ubérisé qui est ton larbin … Pourrais-tu envisager d’installer le plugin qui permet de répercuter tes articles vers les réseaux sociaux ? Là, il faut copier le lien de l’article et le coller dans son compte FB ou Tweeter ou autre, c’est décourageant.

Laisser un commentaire